Quelle stratégie pour Vladimir Poutine en Tchétchénie ?

L’attentat au couteau du 12 mai 2018 à Paris, par un homme de 20 ans originaire de Tchétchénie, a fait resurgir le débat sur cette région du Caucase, sa gestion par l’État russe et la légitimité de son président Ramzan Kadyrov. Dans la foulée de l’attentat, ce dernier a souligné « que toute la responsabilité de l’attaque » revenait à l’État français. Alors, comme souvent, sur les réseaux sociaux ont fleuri toutes sortes de commentaires peu renseignés sur la question tchétchène et russe. Souvent l’incompréhension revient lorsqu’on évoque le rapport entre Russie et Tchétchénie, de même qu’entre Vladimir Poutine et Ramzan Kadyrov. Comment le président russe peut-il s’attacher à combattre «les djihadistes » en Syrie tout en laissant le leader tchétchène imposer sa vision de l’Islam radical ? Pour fédérer le Caucase semble t-il. La réponse paraît simple, mais mérite d’être développée.

Lire la suite de « Quelle stratégie pour Vladimir Poutine en Tchétchénie ? »

Publicités

Géopolitique des Détroits

La géographie de notre planète est ainsi faite qu’il existe des zones côtières, naturelles ou non, qui sont plus stratégiques que d’autres. Sources de convoitise, les détroits en font partie car ils permettent un contrôle aisé des flux de matière les traversant. Ils sont aussi sources de revenus pour les pays qui en sont propriétaires et constituent aujourd’hui de véritables verrous du commerce maritime mondial. Enfin, ces passages sont de puissants leviers de négociations pour les Etats qui en font usage et qui peuvent dès lors bloquer tout ou partie de l’approvisionnement.

Plus particulièrement, cinq passages apparaissent aujourd’hui comme clés pour l’énergie et le transport de matières premières : les détroits d’Ormuz et de Malacca ainsi que les canaux de Panama et de Suez (on omet le détroit du Bosphore obéissant à la convention de Montreux établissant le libre passage des navires marchands dans le détroit ainsi que dans celui des Dardanelles). Chacun d’eux a sa spécificité et appelle une discussion sur les enjeux géopolitiques présents et futurs de l’énergie. Comprendre leur fonctionnement, leur environnement et ce qu’implique leur contrôle se révèle dès lors primordial pour qui veut mieux appréhender les grands enjeux énergétiques mondiaux.

Lire la suite de « Géopolitique des Détroits »

Arctic Nation(s)

Le changement climatique laisse présager de nombreuses conséquences tant au niveau de la montée des températures que des eaux, des déplacements de populations, de la modification des milieux naturels ou de la disparition de certaines espèces animales. Pour autant, certains y trouvent leurs comptes dans ce chaos en devenir. Paradoxalement, un des effets lié au changement climatique, c’est qu’il rend accessible de nouvelles ressources permettant de l’aggraver. Sous l’effet de la montée des températures, la glace polaire fond, inexorablement, ouvrant de nouvelles voies navigables, de nouveaux horizons à conquérir et de nouvelles ressources à exploiter. Déjà, de nouvelles routes sont empruntées par les bateaux en été à travers les glaces, signe d’un changement d’époque.

Lire la suite de « Arctic Nation(s) »

La Fièvre et le Feu

Note Préliminaire

Cet article se propose, à partir d’une lecture approfondie de l’étude réalisée par M. Philippe Hugon et Mme. Naïda Essane Ango et publiée par l’Institut de Relations Internationales en avril 2018, de présenter aux lecteurs les forces armées marocaines, leurs priorités et leurs perspectives d’évolution. Pour consulter l’article cité plus tôt et sur lequel se fonde cette note, vous pouvez consulter ce lien.

Lire la suite de « La Fièvre et le Feu »

Revue de Presse – Mai II

Les Revues de Presse visent à fournir une vision d’ensemble de l’actualité mondiale. Publiées deux à quatre fois par mois, en fonction de l’activité internationale, elles se composent d’articles tirés des presses français et étrangères, en libre-accès ou non.

*

#Reviewing The Future of War: A History – The Strategy Bridge

« Historian of science Richard Rhodes tells how Niels Bohr viewed physics not in terms of universal principles but as “a way of asking questions about Nature.” Similarly, Lawrence Freedman portrays history as a way of asking questions about the Future, particularly the future of war. What makes his compelling book different from the chattering volumes about futurology is that it provides usable insights from how our predecessors have perceived and misperceived future conflict. Freedman reminds us that history “is made by people who do not know what is going to happen next.” People in every age were woefully inept at predicting the future since they, like us, were imprisoned by their own experiences, anxieties, and biases. Sometimes they asked the right questions; often they made spectacularly wrong assumptions. So, this is a valuable book for those interested in how people in the past have thought about the future of war and how those thoughts guided and misguided their actions then and, perhaps, now. »

Lire la suite de « Revue de Presse – Mai II »

Vertu et immoralité de la guerre juste

La « guerre juste » est à la fois une idée, une doctrine et une interrogation aussi ancienne que la guerre elle-même. Elle fût l’étendard des politiques d’hier et d’aujourd’hui pour justifier conflits et campagnes, au nom d’une juste cause. Pour Nicolas Machiavel, « une guerre est juste quand elle est nécessaire ». Formalisée au Moyen-Âge par plusieurs penseurs chrétiens catholiques, elle est encore mise en valeur par nos décideurs politiques contemporains. D’ailleurs, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, quel dirigeant est entré en conflit sans invoquer une guerre juste ? Dernièrement, elle a servi aux « occidentaux » en Irak, contre le dictateur Saddam Hussein, en Libye contre Mouammar Kadhafi. Nous n’avons pas le monopole de la guerre juste, les Russes l’ont utilisé en Syrie pour soutenir Bachar al-Assad contre le camp « des terroristes ». De ses racines chrétiennes à l’actuelle notion de responsabilité de protéger, en passant par la paix de Westphalie, nous reviendrons sur le principe de la guerre juste, pour en appréhender ses vertus et ses limites.

Lire la suite de « Vertu et immoralité de la guerre juste »

La Chine Bleue dans l’Asie post-américaine

Si des tropismes nationaux et européens nous poussent avant tout à observer la permanence des tensions au Levant et dans le Golfe Persique, une autre région du monde n’échappe pas à la hausse des dépenses militaires, sur fond de rivalités territoriales et d’émergences de puissances nouvelles. En Orient, et plus précisément en Asie du Nord Est, la montée en puissance de l’acteur chinois, l’antagonisme toujours bien réel qui oppose Pékin à ses voisins japonais et indiens et la présence américaine en Corée du Sud structurent un espace propice aux affrontements stratégiques. Les tensions qui règnent dans les Mers de Chine, au sein de la Péninsule Coréenne et, au-delà, dans le Pacifique, ne sont pas nouvelles. Les récentes performances économiques, industrielles et militaires chinoises inquiètent les capitales de cette Asie américaine, certes unies bon gré mal gré sous la bannière étoilée, mais porteuses d’ambitions différentes et parfois même concurrentes. La Chine, décidée à conquérir un rang qu’elle estime lui revenir de droit, achève désormais sa mue : autrefois puissance alternative entretenant une armée de terre aux effectifs conséquents mais aux matériels obsolètes, elle est désormais une puissance classique, industrialisée et exportatrice, décidée à défendre ses intérêts, où qu’ils se trouvent. L’évidence semble s’être imposée à Pékin depuis plusieurs années déjà : « La Chine ne laissera […] pas passer sa chance une seconde fois »[1] ; elle sait, désormais, que son avenir se décidera sur les mers.

Lire la suite de « La Chine Bleue dans l’Asie post-américaine »